vendredi 11 août 2017

Les militaires américains doivent-ils se soumettre au Président pour déclencher une attaque nucléaire?


La réponse à la question formulée dans le titre est plutôt simple et dérangeante... Les conseillers militaires de Donald Trump peuvent intercéder auprès du Président, mais Donald Trump a le dernier mot.Si on devait refuser d'exécuter l'ordre du commandant en chef, nous aurions droit à une situation particulièrement confuse pour laquelle il n,y a pas de précédents.  J'ai souvent affirmé que la présidence Trump constituait un bon test pour les institutions américains et pour l'équilibre des pouvoirs, c'est une fois de plus le cas. Si on souhaite démontrer que le Président n'a pas les compétences pour diriger, il faudra recourir à d'autres moyens...

 "A December 2016 assessment by the Congressional Research Service stated that the president “does not need the concurrence of either his military advisors or the U.S. Congress to order the launch of nuclear weapons.” Additionally, the assessment said, “neither the military nor Congress can overrule these orders.”

The reason is simple: The system is set up for the United States to launch an attack within minutes, so that if the United States is under a nuclear attack, it can respond almost instantly, said Bruce Blair, a former nuclear watch officer. Trump would presumably meet with Mattis, White House Chief of Staff John F. Kelly, Joint Chiefs of Staff Chairman Gen. Joseph F. Dunford Jr. and Army Lt. Gen. H.R. McMaster, the White House national security adviser, before launching a preemptive attack, but it would “really be uncharted territory” if they sought to stall or slow down an order from the president, Blair said."

 https://www.washingtonpost.com/news/checkpoint/wp/2017/08/10/if-trump-wants-a-nuclear-attack-against-north-korea-his-military-advisers-have-few-other-options/?hpid=hp_hp-top-table-main_checkpoint-authority-630pm%3Ahomepage%2Fstory&utm_term=.0ae35389b90d

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire